Accueil > Actualités de la formation et des événements juridiques > Focus sur les certificats de compétences pour les professionnels du (...)


La certification devient progressivement un passage obligé pour les personnes en quête d’un emploi. Elle garantit que le candidat dispose des compétences indispensables pour exercer correctement son métier à un niveau de qualification déterminée.

Ces certificats sont des aides à la prise de décision pour les entreprises lors de leurs recrutements ou des promotions internes, etc. Il s’agit d’un complément aujourd’hui indispensable qu’il ne faut pas hésiter à mettre en avant sur votre CV, celui-ci ne pouvant s’en retrouver que bonifié par cet ajout.

Actuellement, il existe de nombreuses certifications attestant les aptitudes que le juriste doit être capable de posséder afin de mener à bien ses missions.

Par exemple... Quelques certificats linguistiques.

Il est courant d’entendre dans le monde professionnel des récriminations sur le niveau « déplorable » des jeunes – et des moins jeunes – en matière d’orthographe suite à l’utilisation d’outils de communication de plus en plus modernes.
Les nouvelles technologies seraient-elles des ennemis du bon français ? L’utilisation quotidienne des SMS, des messageries instantanées, des mails a une influence loin d’être toujours positive sur le niveau de français des étudiants.

Pouvoir prouver que l’on a un bon niveau en orthographe est un atout lors d’une recherche d’emploi. Il signifie implicitement la rigueur, la logique, la fiabilité, l’aptitude à intégrer des règles et à les respecter…

Il existe un certificat permettant de montrer vos aptitudes à maîtriser la langue de Molière : le certificat Voltaire.

L’objectif de cette certification en orthographe de référence en France est d’attester le niveau de maîtrise de la complexité de la langue française des candidats, à l’écrit, avec fiabilité et objectivité.
Le candidat peut choisir le lieu et la date de son examen parmi les sessions planifiées dans sa région. Le prix d’inscription à une session est de 60 euros.

Si la maîtrise du français est fondamentale (mais loin d’être un acquis), celle de l’anglais n’en est pas moins importante. Bien au contraire, elle est indispensable dans un contexte où l’anglais est devenue la langue de référence de communication entre les entreprises.

Il existe plusieurs certificats témoignant de votre aisance en anglais :

Le TOEIC (Test of English for International Communication) : ce test permet de mesurer les compétences de compréhension écrite et orale en anglais ou de l’expression écrite et orale. Ce test prend la forme d’un QCM administré sur papier. Les scores obtenus au TOEIC sont fiables et correspondent aux évolutions de l’environnement professionnel mondial.
C’est pourquoi de nombreux recruteurs ont fait le choix de cette certification pour appuyer leurs prises de décision.
Le coût pour s’inscrire à l’épreuve varie selon les établissements et votre situation. Les étudiants d’un établissement et les demandeurs d’emploi bénéficient d’un tarif réduit.

Le TOEFL (Test of English as a Foreign Language) .

Cette épreuve mesure votre capacité à utiliser et à comprendre l’anglais à un niveau universitaire. Il évalue également votre aisance à combiner vos compétences de compréhension orale et écrite mais également de l’expression orale et écrite. Les quatre aptitudes sont testées lors de ce test contrairement au TOEIC.
Le prix pour pouvoir passer le TOEFL est d’environ 185 euros.
Une version du TOEFL introduite en 2012 se présente sous forme de QCM et ne teste que la compréhension écrite, la compréhension orale et la grammaire. Le prix public (pour tous, avec inscription en ligne) est de 110 euros. Les universités organisent régulièrement des sessions réservées à leurs étudiants. Le tarif, pour ce cas là, est alors de 50 euros.

Le certificat de compétence en langue de l’enseignement supérieur (CLES).

Il est accrédité par le ministère de l’éducation nationale et permet d’évaluer les compétences opérationnelles de communication des étudiants en plusieurs langues. Actuellement, ce certificat est proposé pour neuf langues : anglais, allemand, espagnol, portugais, italien, arabe, polonais, grec moderne et russe. Ce dispositif de certification évalue de façon directe les compétences linguistiques suivantes : la compréhension de l’oral, la compréhension de l’écrit, la production écrite, la production orale et l’interaction orale.
Le CLES est destiné à un public en formation initiale : il s’adresse à tout étudiant inscrit dans tout type d’établissement d’enseignement supérieur, quelle que soit son année d’étude dans la filière, dès lors qu’il n’est pas spécialiste de la langue de la certification CLES à laquelle il souhaite se présenter. Le CLES est gratuit pour les étudiants le passant pour la première fois et devient payant à partir de la seconde tentative. Ce prix varie en fonction des établissements.

La maitrise de l’anglais juridique est devenue incontournable pour le juriste se destinant à travailler au sein d’entreprises internationales ou dans des sociétés traitant avec des entreprises étrangères.

Il existe un certificat qui lui permet de mettre en valeur ses compétences en anglais juridique : International Legal English Certificate (ILEC)

Il s’agit d’un certificat délivré par l’université de Cambridge attestant que vous possédez des compétences significatives en anglais juridique pour faire face à des situations réalistes qui font partie du quotidien des juristes et des professionnels du droit. Le prix pour pouvoir s’inscrire à une session est d’environ 260 euros selon les centres d’examen.
Le test se déroule sur environ quatre heures permettant de déterminer le niveau du candidat concernant la compréhension écrite et orale mais aussi l’expression écrite et orale dans un contexte légal et juridique.
L’ILEC est reconnu au niveau international par les plus grandes associations de juristes notamment l’Association Européenne des Juristes d’Entreprise (European Company Lawyers Association), l’Association Européenne des Etudiants en Droit (the European Law Students Association), l’Association Internationale des Jeunes Avocats (International Association of Young Lawyers) et la European Young Bar Association.

A lire aussi : Quelques certificats de documentation juridique..




Dernière mise à jour de cette page : 28 novembre 2013 | Tous droits de reproduction réservés Agenda-juridique.fr.